Risque de déstabilisation du marché européen et français

Reconnaissance européenne de semences produites en Ukraine

Dans le cadre de la commission de l’Agriculture, j’interpellais, le 25 mai, la Commission européenne suite à sa proposition d’ouvrir de nouvelles possibilités à certaines de nos entreprises européennes d’importer des semences de céréales récoltées en Ukraine, en accordant une reconnaissance des conditions de production de ces semences. J’ai notamment pointé du doigt le fait que cette attribution de l’équivalence est basée sur un simple audit du système de certification des semences en Ukraine mais qu’elle ne prend pas compte des retombées économiques, commerciales et sociales qui pourraient en découler. Cette attribution risque de déstabiliser le marché des semences, notamment de maïs, au détriment des producteurs européens et surtout français. Le risque économique de dumping social est important avec à la clé un risque de délocalisation de notre production de semences.

Partager sur facebook
Partager sur twitter