Débat sur la mise en oeuvre du congé parental

J'intervenais lors du débat le 12 mai 2016 à Strasbourg sur la mise en oeuvre de l'Accord-cadre sur le congé parental.
20160512 EP 036287A GEN 143

“Monsieur le Président, Madame la Commissaire, 37 % des membres de notre assemblée sont des femmes. Ce n’est pas encore la parité complète mais l’équilibre hommes/femmes est mieux respecté ici que dans le cas du congé parental, puisque moins de 3 % des hommes prennent un congé parental.

Si l’Europe n’a pas vocation à s’immiscer dans les choix d’éducation des parents, nous devons, néanmoins, permettre aux pères et aux mères qui le souhaitent de prendre chacun un moment pour pouvoir s’occuper de leurs enfants.

Les congés parentaux sont trop souvent synonymes de perte de revenu pour le foyer, de menace pour la carrière professionnelle ou, pire, d’éloignement du marché du travail et de paupérisation rampante. Or, si nous voulons augmenter le taux d’emploi des femmes et leur rémunération sans menacer notre démographie déjà vieillissante, nous devons réfléchir à une meilleure coordination des temps de congé sans étouffer sous les contraintes les entreprises et, en particulier, les petites et moyennes entreprises.

Cependant, je pense aussi que le congé parental ne réglera pas tout. D’autres problèmes subsistent, en particulier les problèmes d’accueil des enfants. Je crois également que tout ne relève pas nécessairement de la compétence de l’Union européenne.”

Plus d’informations sur le rapport adopté :

Le texte souligne qu’il existe de grandes différences dans les règles de congé parental dans l’UE, et en particulier sur qui a le droit de le prendre. Les employés du secteur public bénéficient souvent d’une plus grande protection que ceux des entreprises privées et, dans certains États membres, des travailleurs sous contrat à durée déterminée ou sous contrat “zéro heure” ne sont pas toujours inclus.

La résolution rédigée par Maria Arena (S&D, BE) a été adoptée avec 491 voix en faveur, 101 contre, et 38 abstentions.

Le Parlement invite la Commission européenne à procéder à une étude appropriée de l’état d’application de la directive dans les États membres et souligne que chacun, sans distinction de genre, doit se voir garantir le droit au congé parental sans discrimination, quel que soit le secteur d’emploi ou le type de contrat de travail en vertu duquel pères et mères sont employés.

Egalite des parents

Les États membres devraient garantir que le congé parental soit accessible de façon égale à tous et faire plus pour encourager les pères à le prendre. Leur part est en hausse mais reste faible – seulement 10% des pères prennent au moins un jour de congé parental, alors que 97% des femmes utilisent le congé parental qui est disponible pour les deux parents.

Recommandations

Les députés demandent à la Commission et aux partenaires sociaux d’étendre la durée minimale du congé parental non rémunéré de 4 à au moins 6 mois, et défendent l’introduction de règles européennes sur un congé de paternité de deux semaines minimum.

Enfin, le Parlement attend avec impatience les règles détaillées d’octroi du congé parental aux parents d’enfants souffrant d’un handicap ou de maladies graves ou de longue durée liées au handicap.

Chiffre: en 2010, les pères représentaient 2,7% de l’ensemble des congés parentaux dans l’UE.

(Source Europarl)

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter