Communiqué de presse – Les conséquences préoccupantes des stratégies de la Ferme à la Table et Biodiversité – 01.09.2021

C’est dans le courant de l’été que le Centre Commun de recherche (CCR) a publié en catimini les résultats d’une étude sur les effets des stratégies biodiversité et de la Ferme à la table.

« Inquiète des conséquences de ces stratégies pour notre production agroalimentaire, j’ai interpelé à de nombreuses reprises depuis près d’un an la Commission européenne. Elle a toujours botté en touche, indiquant que ces stratégies n’étant pas juridiquement contraignantes, aucune analyse d’impact ne serait alors menée. Pourtant ces stratégies fixent bien des objectifs chiffrés ; analyser leur effet cumulé en amont est essentiel à toute prise de décision politique et correspond à une approche raisonnable et réaliste » indique l’eurodéputée Anne Sander.

« Le Département de l’Agriculture américain n’avait d’ailleurs pas attendu pour publier son étude d’impact sur le même sujet à la fin 2020 indiquant que la baisse estimée à 12% de la production alimentaire européenne induite par l’impact de ces stratégies entraînerait une hausse des prix au niveau mondial. D’autres études menées ce printemps par le secteur céréalier européen avaient confirmé ces chiffres. Le CCR certifie finalement cette fuite en avant de la Commission européenne que j’ai dénoncée depuis un an et demi. Cette baisse attendue mènera à l’augmentation consécutive de notre dépendance alimentaire, alors que la question de l’autonomie alimentaire européenne est pourtant revenue au cœur de tous les débats et constitue un véritable enjeu stratégique ».

« Notre engagement vers la durabilité nécessite du sérieux et de la rigueur. Il ne suffit pas de fixer des objectifs à l’aveuglette en niant les conséquences économiques et sociales dramatiques sur notre production agroalimentaire. Nos producteurs seront directement touchés et les consommateurs seront également concernés par la hausse des prix. Avec une plus grande dépendance aux importations, nous risquons également de troquer des produits européens contre des produits de pays tiers moins vertueux sur le plan environnemental. Cela serait contreproductif. ».

Cette publication intervient alors que le Parlement européen votera cette automne sa position sur la stratégie de la Ferme à la table. « Notre travail sur la stratégie est toujours en cours au Parlement européen et nous nous devons de prendre garde à toutes ces conséquences importantes pourtant négligées dans les propositions de la Commission. Je prendrai dans les prochains jours une initiative en vue de l’organisation de l’audition des auteurs de CCR par la Commission Agriculture du Parlement européen » conclut Anne Sander.

Partager sur facebook
Partager sur twitter