Attentats de Paris – l’Europe doit agir face à la barbarie

Les mots sont souvent insuffisants pour exprimer la peine et la douleur que nous partageons tous suite aux attentats de vendredi soir, qui ont causé la mort de tant d’innocents. Notre région est doublement en deuil, puisque l’accident du TGV à Eckwersheim a couté la vie à plus de 10 personnes.

Face à ces drames, nous devons exprimer tout d’abord notre compassion, porter le deuil, rendre hommage aux forces de l’ordre et aux personnels médicaux, soutenir les victimes, leurs familles et leurs proches.

Nous devons ensuite faire toute la lumière sur ce qui s’est passé et garder notre sang froid. Éviter les conclusions hâtives et les réponses à l’emporte-pièce.

Concernant les attentats, notre pays a été la cible d’extrémistes djihadistes qui organisent depuis l’étranger ces crimes abjects, mais qui utilisent pour leurs desseins des Européens, des Français et des Belges notamment. Ils tentent ainsi de nous diviser, nous diviser entre Français, nous diviser entre Européens. S’ils parviennent à nous monter les uns contre les autres, alors, ils auront gagné. Ils auront tué deux fois.

Ainsi, nous devons avant tout rester unis face à la barbarie.

Mais nous devons utiliser cette union pour agir. Et prendre conscience que si les mots sont importants, les actes le sont encore davantage. Les dirigeants européens ont tous manifesté leur solidarité envers la France et les français, montrant ainsi que nous partagions les mêmes valeurs humanistes. Il faut maintenant que cette solidarité s’exprime en acte.

Cette solidarité passe par un engagement clair en faveur d’une politique de défense européenne ambitieuse, afin que la France ne soit pas seule sur les théâtres d’opérations extérieures contre Daech; cette solidarité passe par une réelle politique de contrôle des frontières extérieures, afin que n’importe quel terroriste ne puisse pas rentrer ni sortir de l’UE comme il l’entend ; cette solidarité passe par la mise en place rapide du fichier PNR européen afin de favoriser l’échange d’informations sur les voyages des individus présentant un risque ; cette solidarité passe par des contrôles conjoints aux frontières pour éviter les collusions entre différents foyers terroristes en Europe ; cette solidarité passe enfin par une diplomatie commune vis-à-vis de la Russie, du Moyen-Orient, des Pays du Golfe, de la Turquie, de l’Iran et de Bachar Al Assad.

La guerre contre le terrorisme ne pourra être menée que si nous renforçons nos moyens sécuritaires, si nous maintenons la cohésion nationale autour de nos valeurs, avec en premier lieu le respect de la dignité humaine et le rejet de l’extrémisme religieux, et si nous parvenons à réellement unir nos forces en Europe contre ceux qui menacent notre modèle de civilisation.

J’adresse à nouveau toutes mes condoléances aux familles et aux proches des victimes décédées en ce tragique weekend.

Partager sur facebook
Partager sur twitter