Accords UE/Nouvelle – Zélande – Les secteurs ovin et laitier ne doivent pas être une variable d’ajustement

Alors que les négociations de libre-échange avec la Nouvelle-Zélande sont en cours, avec mes collègues du Parlement européen, nous avons adressé un courrier, le 24 juin, au Commissaire en charge du Commerce international, attirant l’attention sur le caractère sensible des secteurs ovin et laitier.

Ces derniers, déjà fortement touchés par la crise, sont particulièrement inquiets quant à l’ouverture du marché européen à des produits proposés à coûts plus faibles par la Nouvelle-Zélande. À cela s’ajoute les nouvelles stratégies «Biodiversité» et «De la Ferme à la Fourchette» mais aussi l’incertitude autour de la future relation entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Nous appelons la Commission européenne à la plus grande vigilance au sujet de cet accord ommercial et demandons à ce que ces secteurs agricoles ne soient pas une variable d’ajustement dans les négociations.

Partager sur facebook
Partager sur twitter