Réformes des Indications Géographiques – Attention,les IG ne sont pas des marques !

J’ai interrogé le Commissaire à l’Agriculture sur les réformes des Indications Géographiques et du programme de promotion de l'UE. Je suis particulièrement inquiète du chemin annoncé : les IG ne sont pas des marques et nos produits viticoles et carnés doivent continuer à être défendus dans le monde.

A l’occasion de la première réunion de la Commission de l’Agriculture du Parlement européen de l’année 2022, s’est tenu un échange de vues sur l’actualité agricole entre le Commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, et les députés membres de la commission.

J’y est interrogé le Commissaire sur les réformes à venir des appellations d’origine et du programme de promotion de l’Union européenne. En effet, ces deux réformes, qui devraient être lancées en 2022 suscitent mon inquiétude. D’une part, la Commission souhaite transférer l’examen des enregistrements des Indications Géographiques à l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle, ce qui représente un changement de philosophie majeur. Les IGs ne sont pas des marques mais la reconnaissance d’un ensemble de savoir-faire, de techniques, parfois anciennes mais surtout d’un terroir.

D’autre part, le programme de promotion de l’Union européenne pour les exportations devrait largement privilégier aux productions biologiques alors même que les fonds alloués ne sont, aujourd’hui, pas complètement utilisés ! Les produits de la vigne ou de l’élevage seront les victimes de cette réforme et en souffriront alors même qu’ils sont largement concurrencés par des produits des pays tiers, cultivés selon des procédés bien moins exigeants qu’en Europe.
Retrouvez mon intervention.

Partager sur facebook
Partager sur twitter